51- HOURTIN ET L'HISTOIRE

Regards sur le passé d'Hourtin

il-etait-une-fois.jpg

Merci à Gérard Boulanger, conservateur du musée "Regards sur le passé" à Hourtin et sûrement grand érudit de l’histoire régionale, qui a pris son temps lors de notre visite de cette maison de la mémoire en juin 2013, pour nous parler avec passion, avec patience et gentillesse aussi, de l’histoire - la petite et la grande - d’Hourtin et du Médoc, en nous racontant de captivantes anecdotes sur l'évolution des paysages, sur la vie des habitants de la presqu’île, des métiers existants, à des époques souvent difficiles à vivre au quotidien et en même temps enrichies d’un formidable patrimoine culturel et patrimonial. Et pour nous un très bon souvenir avec ces très beaux « Regards sur le passé ».

C’est en repensant à cette après-midi de juin que l’idée nous est venue naturellement de créer cette page d’« Hourtin autrefois ».

La préhistoire médocaine

Désolé mais pour trouver des traces des futurs Hourtinais dans les périodes préhistoriques, exit le mésolithique, le néolithique, les âges de cuivre, de bronze et de fer : beaucoup de sable, des marécages mais pas de cavernes pour abriter les premiers habitants du littoral médocain. Il y a bien eu une zone de peuplement dans les environs de ce qui deviendra Hourtin, sur la côte océane mais comme la mer a englouti la plus grande partie, nous ne pousserons pas plus loin les investigations.

Les premiers habitats du Médoc sont donc généralement situés sur la Gironde autour d’anciens marécages, certains plus fréquentés que d’autres, choisis par l’homme pour l’intérêt évident qu’ils représentaient et surtout, celui de pouvoir communiquer par voie d’eau, même au risque de possibles invasions.

Homme

L'histoire du Médoc, c'est avant tout l'histoire de la Gironde

Bateau

Alors parlons un peu de cette Gironde, un fleuve qui forme une profonde entaille dans les terres en agissant comme une "porte d'entrée" et qui a depuis toujours attiré les invasions sous toutes ses formes. Avec la mer, il est omniprésent dans l'histoire du Medoc et beaucoup d’épisodes sont étroitement liés à la position maritime et fluviale de ce pays.

Des conquérants civilisateurs, des envahisseurs barbares et ravageurs, des exploitants agricoles qui ont su révéler les riches possibilités de la terre, se sont relayés au cours des siècles sur ce territoire où la navigation, malgré ses dangers, était plus aisée et plus sure que la circulation sur les rares routes, inconfortables et sans sécurité.

Ce que l’on a tendance à oublier aujourd’hui, c’est que le tracé du la Gironde actuelle était en majeure partie différent il y a encore trois siècles. L’embouchure en forme de delta et les profondes échancrures du rivage permettaient à des villes, maintenant intérieures comme celle de Lesparre-Médoc à une quinzaine de kms d’Hourtin, de jouer le rôle de véritables ports.

Carte de cette évolution du Médoc

evolution-peninsule-medoc-3.jpg

Le village gaulois des "Médulli"

Nous n’allons pas chercher ici à remonter l’Histoire - pas encore de France - à l’exemple de cette tribu des « Médulli », ces premiers gaulois médocains, peu combatifs, grands buveurs d’hydromel, qui, pense-t-on, auraient été poussés dans ce bout du monde par des congénères plus dominateurs, et qui auraient eu le seul mérite de donner leur nom au Médoc (milieu des eaux).

Notons quand même que ces autochtones vivant à la mode gauloise, qui sont agriculteurs et éleveurs mais aussi pêcheurs et chasseurs, s'intéressaient également aux échanges commerciaux sur le fleuve et certains savaient parfaitement en tirer parti avec une batellerie très bien adaptée. Le rivage aquitain encore sinueux abritait des ports d’estuaire où le commerce était très actif, et des navires à fond plat circulaient avec aisance sur les marais fluviaux.

village-gaulois.jpg

L'occupation romaine du Médoc

8-chromo-voie-romaine.jpg

Nous ne parlerons pas de cette occupation romaine qui fut plus une conquête pacifique qu’une réelle guerre des Gaules. D’autant plus que les populations n’y ont vu que des avantages et pas seulement commerciaux ou culturels puisque pendant des siècles, la « pax romana » les a protégées des invasions.

Soulignons quand même que les  Romains ont apporté beaucoup de nouveautés et d’améliorations dans l’agriculture et l’industrie, dans la culture des vignes et la vinification entre autres. Mais savez-vous que la barrique est une invention gauloise ?

Les invasions barbares du Médoc

Nous n’évoquerons pas non plus les nombreuses invasions barbares qui touchèrent durement le Médoc en l’espace d'un millénaire, surtout à partir du IIIème siècle, et où la région avec son estuaire largement ouvert sur l’Océan, fut livrée au vandalisme sous toutes ses formes. L’épreuve la plus dure fut subie d'ailleurs vers 844 quand les Vikings ayant installé leur base dans le Médoc, ravagèrent méthodiquement les îles de l’estuaire et le pays intérieur.

Précisons toutefois qu'après ces destructions, dont celle de Bordeaux déjà brûlé par les Wisigoths en 412, et la fuite des populations, le Médoc resta longtemps désert et retourna à la nature sauvage.

vikings.jpg

La domination anglaise du Médoc

charles-vii.jpg

Nous ne parlerons pas plus de la domination anglaise, dès le début du second millénaire, avec des anglais peu nombreux à l’époque car pas très emballés par cette région amphibie du Médoc mais qui resteront quand même jusqu’à la fin de la guerre de cent ans, vers 1450, chassés par les troupes de Charles VII (gravure).

Notons que, dès la prise de possession de la Guyenne par Henri Plantagenêt (Henri II, roi d’Angleterre), le Médoc servit de passage à sa belle épouse, la reine Aliénor d’Aquitaine et sa suite, pour laquelle on avait restauré l’antique voie romaine en chemin de la Reine.

Mais le fleuve servit surtout de chemin aux flottes commerciales qui emportaient entre autres le vin et le sel vers l’Angleterre.

Remontons le temps et cette page en musique !

seulement pour les PC, désolé pour les smartphones et les tablettes

Vous êtes le 156884ème visiteur

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 18/01/2016