52- HOURTIN AUTREFOIS

Première mise en valeur du Médoc

Alors que dirons-nous de ce Médoc qui se relève tant bien que mal après toutes ces époques pas très glorieuses. Peut-être pourrions-nous évoquer cette première vraie campagne de mise en valeur due à ce bon roi Henri IV, avec l'assèchement à partir du XVIIe siècle des marais du Bas-Médoc par des Flamands et des Hollandais, qui mettent en place des polders et introduisent, par la même occasion, les vaches frisonnes (couleur noire et blanche).

Notons que c’est à partir de cette époque que la physionomie de la rive fluviale du Médoc commence à ressembler à ce qu’elle est actuellement.

frisonne-3.jpg

Les premières vraies vignes du Médoc

vignes-anciennes.jpg

Nous aurions pu dire aussi qu’il aura fallu attendre seulement le 17ème siècle pour commencer enfin à voir vraiment des vignes dans le Médoc (et donc à Margaux, Saint Estèphe, Saint Jullien, Pauillac...) car ne l’oublions pas, auparavant le Médoc était un marécage.

Le Médoc, cette terre de bout du monde

Puisque nous ne parlerons pas de l’Histoire avec un grand H, alors attachons-nous tout naturellement à celle de ces gens qui ont façonné le Médoc et qui vivaient de façon simple sur cette terre de bout du monde.

Pour cela, remontons (un peu) le temps et parcourons ensemble une époque pas si éloignée de nous.

les-anciens-du-medoc.jpg

Il y eut d'abord des marécages à Hourtin, puis la lande

get-element4356.jpg

Pour bien comprendre, il faut avant tout se rappeler que le territoire d’Hourtin, il y a quelques siècles, était envahi par les eaux de l’Océan Atlantique qui avançait alors à l’intérieur des terres.

Le lac d’Hourtin s'est formé entre l’an 500 et l’an 1000. Le sable poussé par les vents, a élevé des dunes formant un cordon dunaire important et massif qui a bloqué l'écoulement de l’eau entraînant la formation du lac d’Hourtin, ainsi que celle des marais sur une grande partie du territoire. Le sol, enrichi en matière organique, mais aussi l'ensoleillement et la chaleur ont permis ensuite à la végétation de s'épanouir contribuant à fixer naturellement le sable.

Le lac a été ainsi totalement isolé de l'océan par les dunes et la végétation.

marais.png

Naissance du futur territoire d'Hourtin

landesanspinsmf2-1.jpg

De ces sols qui vont peu à peu s’assécher derrière les dunes, des villages vont naître.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, les habitants de ces immenses landes vont faire face à l’extrême pauvreté des sols. La lande se résumait à de grandes étendues nues, marécageuses, plates et insalubres.

Regroupés dans des «airials », petits hameaux isolés, îlots de boisement sur zone drainée au milieu de la lande marécageuse et désertique, les gens vivaient du système agro-pastoral et cultivaient le seigle et le millet, base de leur maigre alimentation.

Jadis îlot de boisement dans la lande dénudée, l'airial est aujourd'hui une clairière enserrée dans la vaste forêt des Landes de Gascogne.

Remontons le temps et cette page en musique !

seulement pour les PC, désolé pour les smartphones et les tablettes

Vous êtes le 159080ème visiteur

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 18/01/2016