38- LE LAC ET LES CORMORANS

La richesse piscicole du lac n'attire pas que les pêcheurs à la ligne

cormoran-avec-poisson-dans-le-bec.png

Le cormoran sur le lac d'Hourtin

Regardez ce cormoran ci-dessus qui pêche sur un lac d’huile, avec des reflets violets dans son sillage. C’est juste splendide avec une photo prise à contre-jour, qui nous donne l’impression que l’animal est réellement en mouvement.

Grand cormoran2 fg

Contrairement à l’idée reçue, le plumage des cormorans est bien imperméable. En revanche, les plumes sont constituées d'une couche externe mouillable, et d'une couche interne qui ne l'est pas. Le plumage n'est donc mouillé qu'en surface : l'eau ne franchit la barrière du plumage ni n'envahit donc la couche d'air isolante.

Au-delà de cette superbe photo très maîtrisée, sachez que cet oiseau magnifique est la « bête noire » des pêcheurs à la ligne. 

 1 200 sujets ont été dénombrés sur le lac d'Hourtin.

Sachant que la portion individuelle journalière d'un grand cormoran est estimée à 400 gr par jour, soit 164 kg en un an (50 fois son propre poids), ça en fait du poisson ... en moins pour les pêcheurs.

Tous les poissons ayant une taille de 10 jusqu'à 35 cm y passent : poissons de mer comme les lieux, les petites morues, poissons d'eau douce comme les gardons, les tanches, les carpes et les brochetons sont leurs proies habituelles mais pas que.

Très intelligents, ils pêchent en meute. Un exemple : après que des éclaireurs aient testé le potentiel d'un étang, la troupe vient le piller en employant une méthode redoutablement efficace : certains oiseaux sont rabatteurs et poussent les poissons vers ceux qui les attendent sans bouger à leurs postes. Ce type de prédations existe également chez les pélicans et les loups.

Malgré leurs pattes palmées, ils sont capables de se brancher pour passer la nuit dans les hauteurs des frondaisons. Ils nichent dans les arbres où ils font leurs nids en utilisant des branches.
De part son statut d'oiseau protégé, partout il prolifère : c'est maintenant plus une centaine de milliers de cormorans qui hibernent en France contre simplement 14 000 individus en 1983.

Voilà pourquoi les pêcheurs et les pisciculteurs ne les aiment pas.

Enfin, il est dit aussi que le cormoran constituerait un bouc émissaire idéal face à la mauvaise santé de la faune piscicole en France. Au-delà de la polémique sur ce sujet sensible, la solution passerait peut-être par une régulation raisonnée des populations de cormorans. A méditer.

L'appétit des comorans n'est plus à démontrer

cormoran-brochet-1.jpg
cormoran-brochet-2.jpg
cormoran-brochet-3.jpg

Remontons la ligne et cette page en musique !

Vous êtes le 159081ème visiteur

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/01/2016