6- CURIOSITES SUR HOURTIN

Curiosités à voir sur Hourtin

Pas de grands monuments célèbres à Hourtin. C'est la nature que l'on vient célébrer.

Pour autant quelques curiosités à visiter comme les deux phares ou bien l'écomusée.

longue-vue-dessin.jpg

Les deux phares d'Hourtin

Les phares d'Hourtin sont des tours carrées de 27 m de haut, en maçonnerie de briques apparentes sur soubassement de pierres et distants de 200 mètres. A l'époque de leur construction, en 1860, on ne savait pas émettre des éclats de lumière à une fréquence régulière, aussi pour les distinguer des phares du Cap Ferret et de Cordouan, on construisit les deux tours.

La tour nord supporte le phare (ci-dessus), la tour sud est occupée par la DGA Essais de missiles qui y a installé une antenne de télémesure (ci-dessous). Ils sont bâtis dans les dunes littorales, entre l'Océan Atlantique et le lac.

Pour y accéder, prendre la route forestière des phares avant Hourtin-Plage (ouverte aux voitures hors saison).

Le phare qui est toujours en activité est équipé d'une lampe halogène de 650 W ; sa portée est d'une quarantaine de kilomètres (21,5 miles nautiques). Il est automatisé et télécontrôlé depuis le Verdon-sur-Mer. Il n'est pas gardé et ne se visite pas.

 

Logement de gardien des phares d'Hourtin

100-5545.jpg

Ces deux phares constituent le patrimoine d’Hourtin et contribuent à son histoire en rappelant la situation maritime de la station.

Leur fonctionnement nécessitait la présence de trois gardiens (on parle même de cinq), logeant sur place avec leurs familles dans les trois maisons construites en même temps que les tours : le gardien-chef qui occupait le logement central (le plus grand), et les deux autres gardiens logés respectivement dans les maisons construites au pied de chaque tour.

Pour le transports des hommes et des vivres, un petit bateau permettait la traversée hebdomadaire du lac pour se rendre au bourg d'Hourtin, à 20 kms des phares. Il y avait même au bout de la jetée, une cabane en planche pour remiser leur matériel.

Un wagonnet tiré par un cheval sur une voie étroite, appelée communément "Decauville", circulait à travers la forêt pour assurer le transport des charges lourdes.

L’ancien logement du gardien chef (photo) est situé à peu près à égale distance des deux phares. Le fronton du bâtiment comporte l’étoile des Phares et Balises.

 

Un très joli reportage, très bien documenté sur les deux phares d'Hourtin

Interview de Dominique PARDOUX, des Phares et Balises et de J-M CALBET de l'Association pour la sauvegarde du Phare de Cordouan.

Photos, prise de son et montage réalisés par Stéphane BIDOUZE.

Son site www.bidouze.com

Ecomusée d'Hourtin

Situé dans l’ancienne gare récemment rénovée, ce musée retrace l’évolution géographique, historique et sociologique de la commune au travers de nombreux objets, documents photographiques, vidéos...

A l’origine, gare ferroviaire privée datant du XIXe siècle, utilisée pour le transport du bois, plus précisément des pins maritimes, ce musée permet de présenter les métiers existant autrefois dans la presqu'île médocaine, comme la culture de la vigne, les métiers du résinier, la vie des mariniers, des bergers et de leurs troupeaux, le gemmage, la pêche, la chasse, l’apiculture, etc... Autant de thèmes qui font le patrimoine et l’histoire du territoire.

hourtin-fin-juin-2013-111.jpg
hourtin-fin-juin-2013-109.jpg
hourtin-fin-juin-2013-110.jpg

La Chapelle de Contaut dite "la Cathédrale"

100-5577.jpg
Construite successivement entre 1933 et 1934 puis en 1945 et 1995, elle servait autrefois aux marins et à leurs familles. La base aéronavale aurait participé à sa construction et son entretien car les villageois de Contaut, en majorité des militaires et des civils
employés par la base, n'avaient pas de lieu de culte. Les marins surnommaient cette petite chapelle "la Cathédrale".
Fermée pendant le guerre, elle a servi de lieu de culte jusqu'à la fin des années 50. Elle est faite de bois et de brique.

 

Vous pouvez l'apercevoir en passant à Contaut sur la route qui va à Hourtin-Plage.

Sans oublier l'église Sainte Hélène, vaisseau central où converge toute la vie du village

hourtin-fin-juin-2013-114.jpg

Eglise d'Hourtin

De style néogothique, l'église d'Hourtin qui porte le nom de Sainte Hélène, n’a rien de très particulier sur le plan architectural mais elle a une histoire incroyable.

Avant le XVII e siècle, Hourtin n'était qu'un hameau du nom de "Fortin" (du latin fortis : fort)...

Pour en savoir un peu plus, mieux vaut lire l'article rédigé ci-dessous.

hourtin-fin-juin-2013-023.jpg

Trois églises à l'origine d'Hourtin et l'origine du nom

hourtin-fin-juin-2013-018-1.jpg

Rédaction par la classe de CM1, école E.G. Tessier de Hourtin

Au Moyen-âge, jusqu’au XVIème siècle, les villages de Carcans et de Hourtin n’existent pas. Un petit hameau, situé à mi chemin entre les deux villages actuels, s’appelait Sainte Elène de L’Estang. Une petite église, qui n’existe plus actuellement, y était construite. Elle servait de lieu de repos et de prières aux pèlerins qui faisaient le pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle.

Au Moyen âge (vers 1099), le lac n’étant pas fermé, toutes les terres qui bordaient l’Océan Atlantique étaient un grand marécage. En 1609, la montée des eaux menaçait l’église.

C’est le 18 mars 1611 que le Cardinal François d’Escoubleau de Sourdis, Archevêque de Bordeaux, en visite à Sainte Elène de L'Estang, ordonna aux paroissiens de chercher un autre lieu de prière. Il est alors décidé de déplacer l’église et son cimetière. Il faudra 17 ans pour trouver un endroit pour reconstruire une église car tous les habitants des environs la voulaient dans leur hameau (à Hostein ou Hortin, au Caillava, à Cartignac, à Carcans...).

C’est en 1628 que le seigneur de Lesparre, le Duc d’Epernon décide de la construire à l’emplacement de la bergerie d’un gardien de moutons appelé Jean Hortin (c’est peut-être l’origine du nom d’Hourtin). En effet le prieuré de Carcans réclamait trop d’impôts alors que le Duc d’Epernon offrait l’emplacement.

En même temps que la construction de l’église, un village est né : Hourtin en 1670. On y trouve alors toute une activité avec des artisans, des commerces, etc…

Le Duc d’Epernon voulait que l’église porte le nom de Saint Louis (Roi de France) mais les habitants tenaient à conserver le nom de Sainte Elène. L’église aura donc deux patrons : Saint Louis et Sainte Hélène (ou Sainte Elène). Elle se situe à l’emplacement actuelle de la poste dans le centre ville. Elle restera en place pendant 200 ans jusqu’en 1868 mais elle s’abime. La commune prend alors la décision de la démolir et d’en reconstruire une autre.

A partir de 1859, la construction de la nouvelle église commence, avec des nouveaux matériaux et une donation de 3 000 francs de l’époque. 200 ans après, la troisième église est bâtie.

La construction se terminera en 1868. Pendant ce temps le bourg est remanié, aménagé. L’ancienne église (la deuxième) est démontée en 1870 et ses pierres serviront à empierrer les rues.

 

Hourtin, origine du nom

En fait, il y a toujours eu un doute sur l’origine du nom de la commune.

Certains pensent plutôt à FORTIN, le F gascon devenant H. Peut-être y avait-il un tumulus renforcé au moyen-âge ? S’agissait-il alors du tènement (réunion de terres ou de bâtiments qui se touchent, d’un seul tenant) le plus élevé.

D'autres évoquent l’emplacement de la bergerie d’un gardien de moutons appelé Jean Hortin (récit ci-dessus).

A vous d'enquêter !

Detective

Sainte Hélène d'Hourtin

Sfaintii

Sainte Hélène, à qui l'église fut consacrée, était un curieux personnage et sa vie pourrait faire l'objet d'un roman.

Fille de domestiques, et elle-même servante d'auberge, elle avait été choisie comme seconde épouse, par un centurion romain : Constance Chlore. Celui-ci, devenant vingt ans plus tard, empereur, la répudia pour épouser une princesse byzantine. Il lui assura cependant, un exil doré avec son fils. Ce dernier, porté au trone impérial de Rome par ses légions, sous le nom de Constantin 1er le Grand, ne cessa de combler sa mère d'honneurs, faisant battre monnaie à son effigie, lui construisant un superbe palais, et même, la coiffant du diadème impérial.

A l'âge de quatre vingt ans, elle entreprit un voyage en Palestine où elle lança la construction de trois basiliques pour protéger les lieux saints. Elle mourut sur la route du retour. Constantin lui fit élever alors un mausolée magnifique à Rome sur la voie Lavicane.

De nos jours, ses reliques sont au Vatican dans un sarcophage de porphyre.

Publié par « Divagations et balades » dans le thème des monuments religieux

Pour autant, on ne doit pas oublier qu’Hourtin fête traditionnellement…Saint Joseph. 

A souligner également que l'Eglise Sainte Hélène a deux chapelles latérales : l'une est dédiée à la Vierge, l'autre à Joseph.

Et si vous remontiez la page en musique ?

Vous êtes le 159081ème visiteur

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 13/03/2016